L’histoire: Les conflits du XIIIéme siècle.

L’histoire: Les conflits du XIIIéme siècle.
L’histoire: Les conflits du XIIIéme siècle.

C’est d’abord le conflit entre le comte de Toulouse et le roi d’Aragon auquel s’est allié le comte Hugues II de Rodez .

Puis c’est la guerre contre les albigeois : L’influence des Cathares, (des « bougres » comme on les appelait) s’était étendue jusqu’à la limite de la Truyère . Les albigeois qui s’étaient installés à Mur de Barrez , à Laguiole et sur les terres des Turlande situées au sud de la Truyère, en furent délogés en 1210 par le baron de Tênières. Mais les restes de ces bandes dispersées se réfugièrent dans les forêts de la vallée de la Truyère amenant l’insécurité. Turlande était aux premières loges.

On assiste également à la confiscation du comté d’Auvergne et à son occupation à la suite des guerres de Philippe-Auguste contre le rebelle Guy II, comte d’Auvergne.

Et toujours de multiples guerres entre seigneurs locaux:

C’est durant cette période qu’éclate une guerre entre Pierre et Aldebert de Turlande, assistés de Pierre de Séverac, (dont le château était situé de l’autre côté de la Truyère), et le comte de Rodez, au nom de leurs droits originaires sur Carlat même et sa vaste seigneurie. Les Turlande arborent alors le nom de « Carlat ». Pierre de Turlande le prend pour la première fois connue dans la charte de coutumes de Mur-de-Barrez le 7 mai 1246.(archives de Monaco G g n°94)

Le 21 août 1252, ils signent «  Pierre et Aldebert dits de Carlat », se prétendant héritiers des vicomtes de Carlat, dans un compromis passé avec Hugues IV comte de Rodez où sont fixées les indemnités réciproques « pour les grands incendies, meurtres, rapines  terres et châteaux, après moult altercations commis pendant la guerre » et font hommage au comte pour les châteaux de Turlande et Turlandet . Ils engagent Turlande et Turlandet ( bibliothèque nationale,fd, Doat vol.171,fol 109) Pierre de Séverac engage son château. ( Cet hommage durera jusqu’en 1274.)

Ce château de Turlandet n’apparaît nulle part dans les documents ultérieurs sauf dans un document de 1671 et encore s’agit-il d’un champ portant ce nom. ( Archives départementales du Cantal 346 F 19. 1671)

 On peut voir actuellement cette plate forme située à environ 50 m au nord des ruines du château et sur laquelle  on trouve la trace de murs et un puits.Sans être le lieu idéal, cet endroit est tout de même beaucoup plus favorable à la construction d’une habitation confortable que le rocher de Turlande lui-même qui ne pouvait porter qu’une forteresse exiguë ne permettant pas un séjour prolongé en temps de paix.

A suivre…

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *